Ferme le

Que recherchez-vous aujourd'hui?

Glucomètre vs. CGM : quelle est la différence ?

Glucomètre

Si vous avez reçu un diagnostic de diabète, vous devrez peut-être surveiller votre glycémie plusieurs fois par jour pour réduire le risque de complications [1]. Vous pouvez le faire de deux manières principales : avec un glucomètre (également appelé moniteur de glycémie) ou avec un moniteur de glycémie en continu (CGM).

Comment ces outils thérapeutiques fonctionnent-ils et lequel devez-vous choisir ? Dans cet article, nous comparons le glucomètre avec le CGM afin que vous puissiez choisir celui qui vous convient.

Qu’est-ce qu’un glucomètre ?

Un glucomètre est un appareil qui vous aide à mesurer les taux de glucose dans votre sang [2, 3]. Les taux de glucose changent en réponse à des choses telles que l’exercice, le régime alimentaire ou les médicaments [2].

Lorsque vous vivez avec le diabète, comprendre comment votre glycémie fluctue et quelles activités ou quels aliments l’affectent peut vous aider, vous et votre médecin, à trouver le plan de traitement le plus approprié pour vous.

Un indicateur de glycémie peut vous indiquer si votre glycémie est trop élevée, trop basse ou dans la norme. De cette façon, vous pouvez éviter les épisodes d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie et prévenir les complications graves du diabète [4].

Les glucomètres ont besoin d’un petit échantillon de sang pour détecter le glucose — il s’agit généralement d’une goutte de sang prélevée du bout du doigt [3, 4].

Comment fonctionne un glucomètre ?

Un glucomètre fonctionne en analysant une petite goutte de sang provenant d’une bandelette réactive. La bandelette réactive contient une substance appelée glucose oxydase, une enzyme qui réagit au glucose sanguin [5].

Une petite aiguille, appelée lancette, est utilisée pour piquer le doigt et recueillir la petite gouttelette de sang [2]. Ensuite, la gouttelette est placée sur la bandelette réactive, qui est insérée dans le glucomètre. À l’intérieur du glucomètre, il y a une interface avec une électrode qui est utilisée pour obtenir un résultat de glycémie [5]. Le résultat est ensuite affiché sur un écran, en unités de mg/dl ou mmol/l [4].

Lorsque la bandelette pénètre dans le glucomètre, la réaction au glucose par l’enzyme génère un signal électrique. Plus le courant électrique est élevé, plus le glucose détecté est élevé et plus le nombre apparaissant à l’écran du glucomètre est élevé [5].

Glucomètre : comment l’utiliser

Tous les glucomètres sont légèrement différents, il est donc important de suivre les instructions de votre manuel d’utilisation.

Cependant, de manière générale, pour utiliser un glucomètre, vous aurez principalement besoin de [1, 4] :

  • Un glucomètre
  • Des bandelettes réactives
  • Une lancette jetable
  • Du savon et de l’eau ou un tampon/écouvillon imbibé d’alcool

Vous devez consulter votre professionnel de santé au moment le plus opportun de la journée pour effectuer le test, ainsi que la fréquence des tests [1]. De plus, bien que la plupart des glucomètres fonctionnent en piquant le doigt, certains permettent de prélever l’échantillon de sang dans la partie supérieure de votre bras ou de votre cuisse. Consultez le manuel du glucomètre pour obtenir des instructions sur le site à choisir pour le test [1, 4].

Utilisation d’un glucomètre : étape par étape

Pour effectuer le test, suivez ces étapes [1, 2, 4] :

  1. Lavez-vous soigneusement les mains avec de l’eau savonneuse. Cela permet de prévenir l’infection. Si vous utilisez un tampon ou un écouvillon imbibé d’alcool, vous pouvez vous en servir pour nettoyer la zone du test. Assurez-vous que vos mains sont sèches avant de passer le test [1, 4].
  2. Assurez-vous que la bandelette réactive n’est pas périmée [1]. Insérez la bandelette dans le glucomètre. Souvent, cela active le glucomètre [2].
  3. Utilisez la lancette jetable pour prélever du sang sur le côté de votre doigt. Pour vous assurer que le sang va s’écouler, réchauffez d’abord vos mains en les frottant ou en les plaçant sous de l’eau courante chaude [4]. Pour obtenir la gouttelette de sang, appliquez fermement la lancette sur le côté du doigt, mais pas avec force [1]. Faites un léger mouvement de « traite » à la base du doigt, vers le site de piqûre [1].
  4. Faites couler le sang sur la bandelette de test conformément aux instructions. Certaines bandelettes absorbent directement une petite gouttelette provenant du site de test, tandis que d’autres ont besoin de la gouttelette recouvrant la totalité du tampon de test [4].
  5. Les piqûres au doigt provoquent rarement plus de quelques gouttes de sang, mais si vous saignez toujours, utilisez le tampon imbibé d’alcool pour essuyer les gouttelettes. Vous devrez peut-être exercer une pression sur le site de prélèvement pour empêcher que le sang ne continue de couler [2].
  6. Relevez le résultat de la glycémie affiché sur l’écran du glucomètre et notez-le. Les glucomètres modernes et intelligents synchronisent leurs résultats avec des applications mobiles ou de bureau via Bluetooth [2], tandis que d’autres vous demanderont de garder une trace manuelle dans un cahier ou un fichier.
  7. Après avoir terminé le test, éliminez la lancette jetable en toute sécurité.

Votre équipe de soins de santé pour le diabète pourra également vous guider dans l’utilisation du glucomètre.

Quelle est la différence entre un glucomètre et un CGM ?

Les systèmes de surveillance de la glycémie en continu (CGM) sont devenus disponibles dans le commerce en l’an 2000, comme alternative au test par piqûre au doigt [6]. Contrairement à un glucomètre, un CGM ne nécessite pas d’échantillon de sang et est raisonnablement discret [6].

Qu’est-ce qu’un CGM et comment fonctionne-t-il ?

Il existe plusieurs modèles de CGM disponibles.

De manière générale, un CGM consiste en un dispositif de suivi porté sur le corps avec un capteur semblable à une aiguille et placé sous la peau [7, 8, 9]. Ce capteur relève les taux de glucose à partir du liquide interstitiel d’une personne [7, 9], c’est-à-dire le liquide qui remplit l’espace entre les cellules et fournit à l’organisme des nutriments.

Les résultats sont soit scannés manuellement, soit transmis via Bluetooth à un récepteur qui les affiche et les enregistre [9].

Moniteur de glucose en continu par rapport au glucomètre

Moniteurs de glucose en continu

L’utilisation d’un CGM présente un certain nombre d’avantages. Tout d’abord, un CGM peut enregistrer des mesures toutes les cinq minutes sur chaque heure [2], soit 288 résultats par jour [9]. Avec un CGM, vous pouvez observer les changements de vos taux de glycémie en temps réel et recevoir des alertes, ce qui peut vous aider à prendre des mesures immédiates pour prévenir un épisode d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie [9]. Cela permet une couverture de presque 24h/24, 7j/7 du profil glycémique d’une personne, ce qui favorise la prédiction et la prévention des épisodes [6].

Un CGM vous aide à mieux comprendre ce qui se passe lorsque vous dormez, lorsque vous êtes stressé ou lorsque vous vous engagez dans d’autres activités quotidiennes [9]. Cela est particulièrement utile chez les personnes qui peuvent avoir une glycémie basse pendant la nuit sans le savoir [2, 6].

Des études ont lié l’utilisation du CGM à un meilleur contrôle métabolique, à un temps plus long passé dans la plage de glycémie recommandée, à moins de temps en hypoglycémie, à moins d’anxiété et à une meilleure qualité de vie [10].

D’autre part, un moniteur de glucose en continu est plus cher qu’un glucomètre [11]. Il est également relativement complexe à comprendre et une formation et du temps sont nécessaires pour que l’utilisateur se familiarise avec l’outil [11]. Les CGM nécessitent un niveau élevé d’observance et d’interaction pour gérer les taux de glycémie [11].

Et surtout, bien que l’utilisation d’un CGM moins invasif avec un capteur sous la peau soit toujours moins douloureuse que de réaliser des tests par piqûre au bout du doigt tous les jours [9], de nombreux modèles nécessitent plusieurs piqûres quotidiennes au bout du doigt pour l’étalonnage avec auto-surveillance de la glycémie (self-monitoring of blood glucose, SMBG) [11]. Le capteur est toujours sur le corps et nécessite un remplacement régulier tous les 3 à 14 jours, selon le modèle [11].

Glucomètres

De même, l’utilisation d’un glucomètre présente certains avantages. Les glucomètres mesurent avec précision les concentrations de glucose capillaire [11], fournissant des résultats après une courte période de test [2] en n’utilisant qu’un petit échantillon de sang [2]. Plusieurs sites peuvent être utilisés [2] pour les tests, ce qui permet une certaine flexibilité et variation.

L’utilisation des glucomètres est également relativement peu coûteuse [11] par rapport au CGM [2]. Essentiellement, leur utilisation est répandue [11], et il est facile d’apprendre à les utiliser [11]. Les glucomètres possèdent une série de fonctionnalités : les modèles intelligents modernes ont des capacités Bluetooth permettant la synchronisation des données avec les applications pour smartphone [2].

L’auto-surveillance de la glycémie (SMBG) fréquente avec les glucomètres est considérée comme un élément fondamental du traitement efficace du diabète et de la prise en charge quotidienne [10]. Une SMBG plus fréquente a été associée à des taux d’HbA1c plus bas chez les patients atteints de diabète de type 1 et chez les patients avec diabète de type 2 traités par insuline [11].

En ce qui concerne les inconvénients, un glucomètre fournit environ 4 à 7 mesures par jour [9]. Cela signifie qu’un glucomètre offre des données plus limitées par rapport au CGM, et que son efficacité clinique est donc également limitée [11]. Comme ils ne fournissent des informations que sur un seul point dans le temps, il est difficile de discerner les tendances des taux de glycémie [8, 10].

Les glucomètres sont souvent considérés comme inconfortables [8], encombrants [8], gênants [11] et douloureux [11]. De plus, la qualité des bandelettes réactives peut varier en raison de leur courte date de péremption [2, 11].

Sources :

  1. Kirk, Julienne K., and Jane Stegner. “Self-monitoring of blood glucose: practical aspects.” Journal of diabetes science and technology 4.2 (2010): 435-439. https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/193229681000400225
  2. Mathew, Thomas K., and Prasanna Tadi. “Blood glucose monitoring.” StatPearls [Internet] (2020). https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK555976/
  3. “Blood glucose meters,” JDRF. Accessed February 8, 2022.
    https://jdrf.org.uk/information-support/treatments-technologies/blood-glucose-meters/
  4. Pickering, Dianne, and Janet Marsden. “How to measure blood glucose.” Community eye health 27.87 (2014): 56. https://pdfs.semanticscholar.org/e244/68171435fd9d3e29ade58baf1f1da89fecc5.pdf
  5. “How do blood glucose meters work? Ask an engineer.” MIT School of engineering. Accessed February 8, 2022. https://engineering.mit.edu/engage/ask-an-engineer/how-do-blood glucose meters-work/
  6. Rodbard, David. “Continuous glucose monitoring: a review of successes, challenges, and opportunities.” Diabetes technology & therapeutics 18.S2 (2016): S2-3. https://www.liebertpub.com/doi/full/10.1089/dia.2015.0417
  7. Baghelani, Masoud, et al. “Non-invasive continuous-time glucose monitoring system using a chipless printable sensor based on split ring microwave resonators.” Scientific Reports 10.1 (2020): 1-15. https://www.nature.com/articles/s41598-020-69547-1
  8. Langendam, Miranda, et al. “Continuous glucose monitoring systems for type 1 diabetes mellitus.” Cochrane Database of Systematic Reviews 1 (2012). https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD008101.pub2/full
  9. Funtanilla, Vienica D., Tina Caliendo, and Olga Hilas. “Continuous glucose monitoring: a review of available systems.” Pharmacy and Therapeutics 44.9 (2019): 550. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6705487/
  10. Dovc, Klemen, and Tadej Battelino. “Evolution of diabetes technology.” Endocrinology and Metabolism Clinics 49.1 (2020): 1-18.
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S088985291930091X
  11. Ajjan, Ramzi, David Slattery, and Eugene Wright. “Continuous glucose monitoring: a brief review for primary care practitioners.” Advances in therapy 36.3 (2019): 579-596. https://link.springer.com/article/10.1007/s12325-019-0870-x
  12. “Can I get a continuous glucose monitor (CGM) on the NHS?” JDRF. Accessed February 8, 2022.
    https://jdrf.org.uk/information-support/treatments-technologies/continuous-glucose-monitors/continuous-glucose-monitor-nhs/
  13. “Continuous glucose monitoring (CGMs),” NHS. Accessed February 24, 2022. https://www.nhs.uk/conditions/type-1-diabetes/continuous-glucose-monitoring-cgms
  14. NHS Rightcare pathway: Diabetes. Accessed February 8, 2022. https://www.england.nhs.uk/rightcare/wp-content/uploads/sites/40/2018/07/nhs-rightcare-pathway-diabetes.pdf
  15. “Test strips and monitors,” Diabetes UK. Accessed February 8, 2022.
    https://www.diabetes.org.uk/guide-to-diabetes/managing-your-diabetes/testing/test-strips-and-monitors

A propos de Making Diabetes Easier

VitalAire s'engage à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de diabète. Nos équipes de soins à domicile fournissent à nos patients et à leurs proches une éducation, un soutien et une personnalisation des soins. Notre mission: rendre le diabète plus facile à vivre.

#MakingDiabetesEasier

x

Toutes les dernières informations sur Mesurer et surveiller

Suivre